Les 4 clés du yoga…pour rester connecté.

Les 4 clés du yoga…pour rester connecté.

connecté

Vous aimeriez faire évoluer votre pratique yogique ? On vous bombarde d’images et de postures acrobatiques sur Instagram que vous souhaiteriez maîtriser vous aussi ?

 

Patience. Rome ne s’est pas construite en un jour. Votre corps et votre mental ont besoin de temps pour assimiler vos apprentissages et les mettre en pratique.

 

Que vous soyez débutant, intermédiaire ou avancé en yoga, il est nécessaire de mettre en application certaines prémisses de base pour mener votre pratique vers une amélioration constante, dans la confiance et le respect de votre corps.

Si vous souhaitez exercer cette discipline encore longtemps, vous devez prendre soin de votre corps, de votre temple, de cette enveloppe charnelle dont seul vous-même, connaissez les limites.

Pas toujours facile de savoir où s’arrêter… Parfois, il faut revenir à la base pour mieux évoluer.

Voyons les 4 clés qui vous permettront de rester connecté et de faire grandir votre yoga.

 

LA RESPIRATION
La première chose que nous faisons en venant au monde est de RESPIRER. Sans cette action, il n’y a pas de vie. C’est pourquoi, il est d’autant plus important de bien respirer lorsque notre corps est en mouvement; sans quoi, il est impossible pour le corps d’acheminer de l’air jusqu’aux poumons et de nourrir les muscles d’énergie. Remarquez comment nous avons tendance à bloquer notre respiration lorsque nous fournissons un effort physique intense. C’est pourtant à ce moment là que nous en avons le plus besoin.

Dans la pratique du yoga, la respiration pleine conscience est la première étape à maîtriser avant d’aller plus loin. En effet, la respiration du yogi se fait toujours tout en douceur et en silence; à l’inspire par le nez et l’expire par la gorge. En yoga, on utilise l’inspiration pour allonger le corps et ouvrir le diaphragme. Tandis qu’à l’expiration, on souhaite aller en profondeur dans la posture tout en relâchant l’air très longuement par le nez ou la gorge. Ce qui différencie le yoga des autres pratiques sportives, c’est l’importance que l’on accorde à la respiration. C’est en restant à l’écoute de votre corps, que vous arriverez à bouger en fluidité, tout en harmonisant vos postures au rythme de votre respiration.

 

 

 

 

Le saviez-vous ?

Lors d’un effort physique soutenu, pensez à relâcher l’air très longuement par la gorge ou le nez. Toujours un peu plus longtemps que lors de l’inspiration afin de réduire vos battements cardiaques et ainsi vous permettre de retrouver rapidement votre souffle.

 

 

 

 

 

BÂTIR UNE FONDATION SOLIDE

Lorsque vous débutez une classe de yoga, vous devez d’abord prendre le temps de vous « grounder » ou de vous enraciner. Pour ce faire, laissez- vous porter complètement par le sol. Sentez sa rigidité, son appui et son soutien. Si vous avez la chance de pratiquer en plein air, prenez le temps de sentir la connexion avec la nature et puiser l’énergie des différents éléments qui vous entourent. Une fois debout au centre de votre tapis, les deux pieds collés et les talons bien ancrés, contractez également les cuisses, les fessiers et les abdominaux. Prenez le temps de sentir que vos jambes sont solides. Elles sont la fondation de votre posture de départ : la montagne (tadasana). Les deux mains en prière, laissez aller les épaules et toutes les autres tensions dans le haut de votre corps. Relâcher également le visage tout en fermant les yeux un moment pour seulement ressentir et écouter votre corps.

 

ÊTRE À L’ÉCOUTE DES DOULEURS DU CORPS
Ressentez-vous parfois de vives douleurs lors de votre pratique de yoga ? Êtes-vous à l’écoute de ces douleurs ? Plus vous pratiquez le yoga, plus vous serez à même de faire la différence entre une douleur et un étirement. Il se peut que les premières années de pratique yogique soit plus « douloureuses » pour vous que pour d’autres personnes. C’est simplement que vous avez besoin de laisser du temps à votre corps pour s’étirer tout en douceur. Par contre si vous ressentez des douleurs aigues lors de la pratique de postures bien spécifiques, mieux vaut aller moins en profondeur et revenir à un stade de tolérance acceptable. Même si vous êtes très avancés dans votre pratique yogique et qu’il peut parfois être tentant de pousser votre corps un peu plus loin dans certaines inversion ou flexion arrière, restez conscient de vos limites.

Comme notre corps à une grande mémoire, il aura tendance à se rappeler des blessures que vous vous êtes infligés dans le passé. Il mettra alors en place tout un mécanisme de défense pour vous empêcher de recréer ces douleurs. À l’inverse, si dans votre jeunesse vous étiez athlétique et souple, une fois le corps remis en action, il vous sera possible d’atteindre (avec beaucoup de temps et de compassion) le même niveau. Rappelez-vous qu’en yoga, l’alignement et l’écoute du corps est essentiel. Ensuite, si votre corps vous le permet, vous pourrez approfondir votre pratique et repousser vos limites.

 

CULTIVER LA CONSTANCE, LA CONSCIENCE ET LA VIGILANCE
Il est évident que plus vous pratiquez régulièrement (3 à 4 fois par semaine), plus vous verrez la progression dans votre corps et les bienfaits dans votre esprit. Il est grandement recommandé de faire sa routine yogique le matin puisque nous sommes plus à l’affût des endroits qui peuvent être coincés et endoloris. Consciemment, le corps vous enverra des signaux aux endroits exacts où vous devez travailler avec plus de vigilance. Si vous avez la chance de pratiquer dans le confort de votre foyer ou toujours au même studio; cette habitude vous permettra de remarquer plus facilement les changements qui s’opèrent dans votre corps.

 

Soyez toujours fier de ce que vous accomplissez jour après jour et vos efforts seront bientôt récompensés.
Namasté !

 

 

Sophie Bienvenue, Fondatrice de Passion Yoga & cie
Professeure de Hatha & Vinyasa + SUP, certifiée par Yoga alliance
Ambassadrice Lolë

Laisser un commentaire